(orthographe) Les participes passés en 8 règles simples

Il y a peu de temps, je vous ai parlé de relecture. Vous allez me dire : « Oui, c’est bien beau de se relire, mais comment verrai-je les fautes si je ne connais pas les règles ? » Hé bien aujourd’hui, je commence une nouvelle rubrique : Orthographe.


Et bien sûr, la première des difficultés à aborder est celle qui nous cause souvent le plus de difficultés : les participes passés.


Voici donc les règles sous leur forme la plus simple et la plus efficace (entendez : sans trop d’explications incompréhensibles) et avec des exemples parlants.

 

Règle n° 1 : Le participe passé employé sans auxiliaire s’accorde comme un adjectif.


Une lettre bien présentée.


Exceptions vu, excepté, ci-joint, fini, passé

Vu la situation…

Fini les vacances ! (On accepte aussi « finies les vacances ».)

Passé cette date (On peut dire aussi « passée cette date ».)


Le participe passé ne s’accorde que s’il est placé après le nom. 

Ci-joint, les documents que vous avez réclamés. 

Mais : Les documents ci-joints sont ceux que vous nous avez demandés.


 

Règle n° 2 : Le participe passé des verbes mono-pronominaux, conjugué avec l’auxiliaire être, s’accorde avec le sujet. 

Ils sont partis très tard.


Exceptions : étant donné

Etant donné la situation, ils ont vendu leurs actions.


 

Règle n° 3 : Le participe passé des verbes bi-pronominaux s’accorde avec le sujet lorsqu’il n’y a pas d’objet direct. 

Ils se sont enfuis. 

Exception 1 : Le participe passé reste invariable avec « se rendre compte de » 

Exemple : Elle s’est rendu compte de son erreur.

 

Exception 2 : Le participe passé des verbes bi-pronominaux, dont le deuxième pronom de conjugaison correspond à un complément introduit par « à », est invariable. 

(plaire à, succéder à, sourire à, écrire à)

Ils se sont plu à récolter des signatures. 

Les années se sont succédé.


 

Règle n° 4 : Le participe passé des verbes bi-pronominaux s’accorde avec l’objet direct si celui-ci est placé avant. 

Les mains qu’ils se sont lavées.


 

Règle n° 5 : Le participe passé des verbes bi-pronominaux reste invariable si l’objet direct est placé après. 

Ils se sont lavé les mains.


 

Règle n° 6 : Le participe passé conjugué avec l’auxiliaire avoir ne s’accorde jamais avec le sujet. 

Elle a bien travaillé.


 

Règle n° 7 : Le participe passé conjugué avec l’auxiliaire avoir s’accorde avec l’objet direct si celui-ci est placé avant. 

Les acomptes qu’il a versés.


Exceptions :  il y a eu, il a fallu, il a fait (impersonnel).

Tous les efforts qu’il a fallu.


 

Règle n° 8 : Le participe passé conjugué avec l’auxiliaire avoir reste invariable si l’objet direct est placé après. 

J’ai rédigé tous les rapports.

 

En espérant vous avoir facilité la relecture de votre ouvrage.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 8
  • #1

    Roi de Trèfle (dimanche, 14 avril 2013 14:05)

    Bonjour,
    Tout d'abord, bravo pour votre site ! Je me permets d'apporter, sous un autre angle, mon petit grain de sel et ma pierre à l'édifice de cet article. Les participes passés sont en effet si malmenés de nos jours ! Ce qui me frappe c'est la confusion faite — non seulement dans les courriels mais aussi les articles de presse — avec les verbes à l'infinitif. C'est pourtant simple, et c'est ce que j'ai essayé de faire passer dans le court article de mon blog dont — si je puis me permettre — voici le lien :

    http://mots-croises-quadrilles-fleches.over-blog.com/article-avez-vous-vu-le-participe-passer-114420297.html

    Cordialement,
    Jean-Michel

  • #2

    Agnès (dimanche, 14 avril 2013 14:26)

    Merci Jean-Michel pour votre pierre apportée à l'édifice. Toute astuce simple et efficace est bonne à prendre :-)

    Il y a aussi l'astuce classique qu'on apprend aux enfants : doit-on dire "pris" ou "prendre" ? Par exemple pour la phrase : "Ce gâteau, je l'ai mangé", beaucoup seront tentés de marquer "je l'ai manger". La question est : peut-on remplacer "mangé" par "pris" ou par "prendre" ? Si c'est par "pris, c'est qu'on accorde. Si c'est par "prendre", c'est qu'on met l'infinitif du verbe. Cela marche aussi avec "mordre" ou n'importe quel autre verbe du 3e groupe.

  • #3

    Jacques (vendredi, 10 octobre 2014 09:21)

    Bonjour,
    Beaucoup d'articles sur les verbes pronominaux utilisent les termes BI et MONO mais on ne trouve pas (?) de définition de mono pronominal ni de bi pronominal ?
    Merci, salutations.

  • #4

    Agnès (vendredi, 10 octobre 2014 15:10)

    Bonjour Jacques, excellente question. laissez-moi faire un petit récapitulatif.

    Les verbes pronominaux sont des verbes précédés du pronom "se" à l'infinitif.

    Les verbes pronominaux peuvent être :

    réciproques (action entre plusieurs personnes) ex : se parler, se téléphoner, s'embrasser, se disputer...

    réfléchis (action faite pour soi-même):
    Ex : se laver, se dépêcher, se réveiller, se doucher, s'endormir...

    Toujours pronominaux (certains verbes n'existent pas sans le pronom "SE")
    Ex : s'évanouir, s'évader...

    Subjectifs ou irréfléchis : le sujet ne subit pas l'action qu'il effectue. Ces verbes sont souvent suivis d'une préposition.
    Ex : Marc se moque de son frère. -> Marc ne se moque pas de lui-même.

    Un verbe simple est dit "mono-pronominal" quand il est conjugués aux temps composés avec l'auxiliaire être :
    Ex. : Ils sont partis, je suis allée...

    Un verbe est dit bi-pronomimal lorsque le deuxième pronom de conjugaison correspondant à un complément est introduit par "à"
    (plaire à, succéder à, sourire à, écrire à)
    Ex. : les années se sont succédé = les années ont succédé "à" (elles mêmes).

    Ai-je répondu à votre question ?

  • #5

    Jacques (jeudi, 27 novembre 2014 23:33)

    Bonjour,
    Oui, je suis désolé de ne pas vous avoir répondu plus tôt, pour être franc je ne comptais pas vraiment sur une réponse.
    Je vous remercie d'autant plus que j'ai passé beaucoup de temps sur le Net sans trouver de réponse.
    Sincères salutations.

  • #6

    Agnès (jeudi, 27 novembre 2014 23:39)

    Bonjour Jacques,
    Si j'ai répondu, j'en suis ravie. Voyez, on me pose une question, et je réponds, c'est aussi simple que ça ;-)
    Sincères salutations

  • #7

    helenedarveil@orange.fr (lundi, 08 août 2016 22:11)

    Je crois qu’il faut vous habituer à cette idée et que votre famille, la vraie, celle du cœur, c’est celle qui vous a élevée et les relations que vous avez sues en faire: voici la phrase ou plutôt le mot "su" (participe passé qui pose problème ..on me soutient l'orthographe "sues" et je maintiens "su en faire" car je pense que "su" doit rester invariable pour ce verbe pronominal avec le cod (en faire) Qui a raison???? MERCI

  • #8

    Agnès (lundi, 08 août 2016 22:31)

    Bonsoir,

    C'est vous qui avez raison, c'est bien invariable :-) "en faire" n'est pas COD, mais à partir du moment où le verbe est suivi d'un verbe à l'infinitif, "su" reste invariable.

    Par contre, la phrase est bancale s'il n'y a rien derrière...

Apprenons à être notre propre éditeur

Bienvenue sur Je me publie, journal consacré à l’auto-publication sous toutes ses formes.

 

Je m’appelle Agnès Rabotin. En mars 2012, je publiai mon premier roman en version numérique Kindle sur Amazon. En juillet, la version papier voyait le jour. 

 

Correctrice-relectrice de métier depuis plus de

20 ans, auteure auto-publiée, je vous propose des articles qui vont vous permettre de mettre en page votre propre ouvrage dans le domaine de l’auto-édition pour qu’ensemble, pas à pas, nous progressions jusqu’à faire connaître nos écrits au grand public.

 

MISE EN PAGE

LIEN UTILES

(Ces titres sont donnés à titre indicatif pour leur sérieux, je n'ai de partenariat avec aucun)

MES DERNIERS OUVRAGES CORRIGÉS