(mise en page) La quatrième de couverture

 

Pourquoi le lecteur, après avoir été tout juste attiré par une couverture, prend-il systématiquement le livre en main pour le retourner ? Parce qu’il a envie d’en savoir plus. Ce qui va le séduire, attiser le désir et provoquer l’acte d’achat, c’est la quatrième de couverture.

 

Ce qu’on appelle la quatrième de couverture est le verso du livre, la dernière page extérieure. Sa lecture est rapide et décisive. Le lecteur va être séduit. Ou pas.

 

 

Que trouve-t-on sur une quatrième de couverture ?


Il n’y a pas de règle précise. En général, le plus important, c’est le petit texte que va lire le potentiel lecteur qui se demande de quoi parle le livre. Déjà, il faut savoir qu’habituellement, dans l’édition classique, c’est l’éditeur (ou du moins l’équipe éditoriale) qui s’occupe de ce texte. Il le rédige et met en place les autres éléments. Il y a de rares contre-exemples où c’est l’auteur qui rédige (chez P.O.L. par exemple), mais c’est assez exceptionnel. Parce que l’auteur n’est pas sensé avoir le recul nécessaire pour faire ce travail.

 

Il y a donc le texte. C’est un exercice difficile parce qu’il faut donner envie au lecteur d’acheter le livre sans pour autant tout révéler. Donc en dire suffisamment, mais pas trop. La nouvelle tendance, c’est de faire très court, parfois juste une phrase. Une manière de rendre le lecteur assez curieux pour provoquer l’acte d’achat. Ce texte peut aussi être un extrait suivi d’une petite critique positive et séduisante. Dans tous les cas, le ton du texte est le même que celui du roman.

 

On peut trouver une rapide bio de l’auteur. Si on désire parler un peu de soi, la bio doit être très courte, une phrase tout au plus. Une petite photo de l’auteur, aussi, ça donne le sentiment au lecteur d’entrer un peu dans le monde de l’écrivain, de pénétrer son intimité. On met un visage sur la personne qui a aligné tous ces mots.

 

Le fond peut être uni ou une image. Dans le premier cas, il suffit de reprendre la note principale de la couverture. Une image s’avère délicate à gérer à cause de tous les éléments qui vont être apposés dessus et qui la masqueront en grande partie. Souvent, c’est un prolongement de la couverture (en passant par le « dos » (la tranche du livre, celle que le lecteur voit parfois en premier quand les livres sont rangés à la verticale). On peut y mettre aussi un élément du livre supplémentaire, comme un symbole, un personnage secondaire, un élément qui attirera l’œil du lecteur… Sur ma 4e de couverture et sur le dos, j’ai mis une rose qui n’apparaît pas sur la couverture et qui représente Éros, le personnage clé de tout le roman.

 

Les éléments obligatoires

 

Il y en a très peu, mais il faut bien les placer quelque part. Il s'agit du code-barres et, juste au-dessus, du numéro ISBN. Le prix, on ne le trouve pas sur toutes les couvertures. Mais c'est utile de le mettre pour que le lecteur sache à quoi s'en tenir et ne perde pas de temps à le chercher. De ne pas voir le prix, il risque de reposer le livre sur l'étagère. Et si vous souhaitiez faire une promo sur le livre, ça permet au lecteur de bien voir qu'il ne s'agit pas d'une arnaque et que le livre était bien au prix où vous l'annoncez avant remise.

 

Conclusion

 

La quatrième de couverture ne mérite pas qu’on la néglige. Au contraire, elle demande toute votre attention car c'est la « publicité » de votre livre. Elle peut s’avérer décisive dans l’acte d’achat. Une bonne couverture va attirer l’œil du lecteur, qui va prendre le livre en main. Si la quatrième est moche et le texte pas très incitatif, le lecteur, à moins de savoir exactement ce qu’il achète, reposera le livre.

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Alicia Ménard (mercredi, 03 septembre 2014 02:57)

    Bonjour, j'aimerais savoir quand votre article à-t'il été écrit??

  • #2

    Agnès (mercredi, 03 septembre 2014 07:18)

    Bonjour Alicia,

    Mon article a été écrit le 26 février (on voit la date en haut à droite en transparence). J'avoue avoir arrêté d'afficher les dates parce que je n'écris pas de manière régulière. Je ne pensais pas que cela avait beaucoup d'importance, la plupart de ces articles étant intemporels (sauf ce qui a rapport à la loi, par exemple). Justement, j'aimerais savoir ce qui motive votre question.

  • #3

    alicia ménard (mardi, 23 septembre 2014 17:05)

    Merci d'avoir répondu aussi rapidement. Je dois écrire un livre informatif sur l'obésité dans le cadre d'un projet scolaire. Votre article m'aide donc comme source référence pour écrire ma quatrième de couverture.

  • #4

    Agnès (mardi, 23 septembre 2014 18:05)

    Tout le plaisir est pour moi :-)

Apprenons à être notre propre éditeur

Bienvenue sur Je me publie, journal consacré à l’auto-publication sous toutes ses formes.

 

Je m’appelle Agnès Rabotin. En mars 2012, je publiai mon premier roman en version numérique Kindle sur Amazon. En juillet, la version papier voyait le jour. 

 

Correctrice-relectrice de métier depuis plus de

20 ans, auteure auto-publiée, je vous propose des articles qui vont vous permettre de mettre en page votre propre ouvrage dans le domaine de l’auto-édition pour qu’ensemble, pas à pas, nous progressions jusqu’à faire connaître nos écrits au grand public.

 

MISE EN PAGE

LIEN UTILES

(Ces titres sont donnés à titre indicatif pour leur sérieux, je n'ai de partenariat avec aucun)

MES DERNIERS OUVRAGES CORRIGÉS