(promotion) Oser aller vers les autres

 

Qui sont les « autres » ?

 

Ce sont les acteurs de votre promotion. Ceux qui vont pouvoir vous donner un petit coup de pouce sans que ça ne leur demande d’investissement si ce n’est un peu de leur temps, et encore… J’ai nommé les petits commerçants du coin. Le coiffeur, le tabac, etc., et bien sûr le petit libraire devant lequel vous passez tous les jours en vous demandant quand vous aurez votre livre dans sa vitrine.

 

Mais pas que. Ce sont aussi les gens que vous rencontrez au quotidien et que vous ne reverrez peut-être pas ou pas de sitôt : le commercial qui vient chez vous vous proposer ses nouveaux services, par exemple... et qui va repartir avec votre livre.

 

Votre défi : OSER

 

Aujourd’hui je vais vous faire part d’un secret qui permet de booster les ventes de vos livres. Cela peut paraître idiot dit comme ça, mais ça se résume en 4 lettres : OSER.

 

Je suis d’une nature timide avec laquelle je me bats depuis que je suis petite. Ce n’est donc pas naturel pour moi d’aller vers les autres. J’ai commencé à proposer le livre à mes proches, amis, famille et la plupart me l’ont acheté, ne serait-ce que pour m’encourager. Puis j’en ai parlé aux gens que je rencontrais, ou qui venaient chez moi, commerciaux, acheteurs E-bay, nouvelles connaissances à qui on propose de venir prendre un café ou lors d’un stage ou d’une formation... Souvent, ils repartaient avec un livre. Le tout est d’oser avoir un exemplaire avec vous et le présenter comme votre hobby, votre « bébé » dont vous êtes si fier, sans pour autant leur proposer de l’acheter.

 

Ne pas chercher à vendre

 

Car il ne s’agit pas de chercher à leur vendre absolument, ils ne doivent ressentir aucune pression. Juste d’en parler et de faire attention à leur réaction. Une personne qui ne montre aucun intérêt, qui ne cherche pas à prendre le livre en main pour le toucher, le feuilleter, ne vous l’achètera pas et vous n’insisterez pas. À l’inverse, la personne qui montre un intérêt certain vous posera des questions, cherchera à en savoir plus et bien souvent elle vous le prendra. Si elle a aimé votre livre, il est possible ensuite qu’elle en parle autour d’elle, voire même qu’elle le prête...

 

Lors d’une dédicace, ne restez pas assis derrière votre table. Vous allez vite vous rendre compte qu’il faut aller vers les gens pour vendre. Votre livre à la main, vous vous promenez dans les rayons si c’est un espace culturel, et vous abordez les personnes, une à la fois, qui semblent le genre de lecteur potentiel pour votre livre ; par exemple, si vous écrivez de la romance, vous irez plutôt vers des femmes. Bien sûr, vous allez vous prendre pas mal de « vents », mais la plupart du temps, si  vous vous y prenez bien, les retours seront positifs. Là encore, le secret est de ne pas chercher à vendre mais à présenter votre livre. Voilà. Vous êtes auteur(e) en dédicaces et vous proposez de présenter votre livre. Les gens ne se sentiront pas, pour la plupart, obligés d’acheter et vous écouteront avec attention ou parfois juste politesse. Et parmi le lot de gens que j’aurais abordés, il y en aura qui lèveront les sourcils, je les verrai s’illuminer, comme s’ils faisaient une véritable découverte. Si ce n’est pas pour eux, ce sera pour faire un cadeau à une personne susceptible d’aimer le sujet de mon livre. Et là, je souris en leur proposant : « Une petite dédicace ? »

 

 

Quelques exemples parmi d’autres

 

Lors d’un stage que j’ai effectué en juin dernier, il y avait une soixantaine de personnes. J’ai montré discrètement le livre lors d’une pose aux personnes autour de moi (essentiellement des femmes avec qui j'avais sympathisé). Je ne l’ai pas montré à tout le monde car ce n’était pas non plus le but du stage. Hé bien sur la vingtaine de personnes qui l’ont vu, 4 m’en ont pris un. Ce n’est pas énorme, mais si je n’avais pas osé sortir mon livre, je n’en aurais pas vendu du tout. Si j’avais osé aller vers d’autres personnes lors d’autres pauses, j’en aurais peut-être vendu davantage.

 

Des exemples comme celui là, j’en ai bien quelques-uns. Je pourrais vous parler de mes dernières vacances en camping. J’ai mis beaucoup de temps à me décider à aller proposer mon livre à l’accueil. Ma fille m’a dit « Allez maman, lance-toi ! » et j’y ai été pas rassurée du tout. Je me suis répété cette petite phrase qui aide quand on n’ose pas demander quelque chose : « Le non tu l’as déjà. Alors demande le oui. » J’ai poussé la porte et parlé de mon idée de proposer mon livre en dédicace. J'avais un carton d'une vingtaine de livres. L'idée a été accueillie avec enthousiasme. On m'a installé une table lors du pot d'accueil. Ce jour-là, j'en ai vendu 11.

 

Je pourrais vous parler de ma coiffeuse qui m’a elle-même proposé de mettre mon livre en vitrine quand je lui ai montré mon roman, mais vous avez compris l’idée : avoir des exemplaires de votre ouvrage avec vous et OSER. Vous pourriez tomber sur une personne influente qui connaît quelqu’un dans l’édition, pourquoi pas ?

 

Les bibliothèques

 

N’hésitez pas à contacter aussi les bibliothèques pour leur proposer votre livre. On vous demandera certainement de vous adresser à la personne qui gère les achats. Si c'est la petite bibliothèque de votre commune, vous pourriez même leur donner un exemplaire gratuitement.

 

Et les libraires ?

 

Ce sont eux aussi des acteurs de votre promotion. On dit qu’un libraire prend 35 à 40 % de marge sur les livres qu’il vend et que vous ne pourrez donc pas lui proposer votre ouvrage. Il y a des libraires qui aiment leur métier et qui aiment les livres. Ceux-là, ils accepteront avec plaisir que vous fassiez une séance de dédicace dans leur librairie moyennant une petite marge sur chaque vente ou même juste de mettre votre livre en vitrine. Ce sera du « dépôt-vente » : le libraire n’achète pas les livres, et vous récupérerez les invendus sans frais. La petite librairie du coin ou celle de votre université sera ravie de vous rendre ce service.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Apprenons à être notre propre éditeur

Bienvenue sur Je me publie, journal consacré à l’auto-publication sous toutes ses formes.

 

Je m’appelle Agnès Rabotin. En mars 2012, je publiai mon premier roman en version numérique Kindle sur Amazon. En juillet, la version papier voyait le jour. 

 

Correctrice-relectrice de métier depuis plus de

20 ans, auteure auto-publiée, je vous propose des articles qui vont vous permettre de mettre en page votre propre ouvrage dans le domaine de l’auto-édition pour qu’ensemble, pas à pas, nous progressions jusqu’à faire connaître nos écrits au grand public.

 

MISE EN PAGE

LIEN UTILES

(Ces titres sont donnés à titre indicatif pour leur sérieux, je n'ai de partenariat avec aucun)

MES DERNIERS OUVRAGES CORRIGÉS