(auto-édition) Le dépôt légal

Charles V, qui le premier a réuni les livres dans une bibliothèque royale en 1368
Charles V, qui le premier a réuni les livres dans une bibliothèque royale en 1368

C’est un petit peu le sujet qui fait froncer les sourcils ou soupirer très fort en levant les yeux au ciel.

 

Et pourtant, à un moment ou à un autre, l’auteur d’un livre auto-édité dont la vente dépasse le cercle familial a le devoir de régulariser sa situation auprès de la BNF, la Bibliothèque Nationale de France.

 

Certains d'entre vous m'ont contactée via la page Contact pour me demander des précisions. C'est en effet un sujet sur lequel on ne peut pas faire l'impasse...

Tout d’abord, pour mieux comprendre le principe de cette banque de documents en tous genres, un peu d’histoire (mais pas trop)…

 

Elle tire son origine de la Bibliothèque du roi, installée en 1368 au Louvre par Charles V, dans la tour de la Fauconnerie, et dont l’inventaire comprenait 917 manuscrits. Le but était de réunir les livres des rois de France. En 1537, François 1er introduisit un principe nouveau, enjoignant aux imprimeurs et aux libraires de déposer à la librairie du château de Blois tout livre imprimé mis en vente dans le royaume. Ce, pour ne plus que les livres partent en fumée dans les divers incendies qui ont ravagé le royaume. Cette obligation, appelée « dépôt légal », constitue une étape fondamentale pour la bibliothèque royale. Elle est aujourd’hui la plus importante bibliothèque de France et l’une des plus importantes au monde.

 

Ce serait bien inutile de reporter toutes les informations sur le blog, je vous propose d’accéder directement à cette page très bien faite de la BNF où tout est bien expliqué de façon concise et précise. Dans les faits, vous aurez un formulaire à remplir. On peut le faire en ligne après inscription sur le site avant, dans tous les cas, de joindre un exemplaire de cette déclaration avec votre livre à envoyer par voie postale (deux exemplaires si votre premier tirage atteint 300 exemplaires).

 

En ce qui concerne les livres numériques, vous verrez sur leur page que vous n’avez aucune démarche particulière à faire (youpi !), ils font une collecte automatique par robots.

 

Vous trouverez sur leur page également toutes les mentions légales à faire figurer sur votre livre, en première ou dernière page. Allez, je vous les remets ici : votre nom (ou raison sociale si vous être auto-entrepreneur ou association), le nom (ou la raison sociale) et l’adresse de l’imprimeur (ainsi que le pays en cas d’impression à l’étranger), la date de l’achèvement du tirage, la mention de l’ISBN, le prix en euros, la mention « Dépôt légal » suivie du mois et de l’année du dépôt.

 

Sachez pour information que, dans les faits, vous n’avez pas forcément à faire cette démarche immédiatement après la mise en vente de votre livre. Vous pouvez tranquillement commencer à vendre puisque vous avez le droit de « vendre dans le cercle familial ». Par contre, n’oubliez pas de le faire à un moment ou à un autre puisque votre but, c’est bien de faire de votre livre un best-seller, n’est-ce pas ?

 

Avoir sa place dans la Bibliothèque Nationale, c’est déjà faire partie du patrimoine de l’Humanité !

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Apprenons à être notre propre éditeur

Bienvenue sur Je me publie, journal consacré à l’auto-publication sous toutes ses formes.

 

Je m’appelle Agnès Rabotin. En mars 2012, je publiai mon premier roman en version numérique Kindle sur Amazon. En juillet, la version papier voyait le jour. 

 

Correctrice-relectrice de métier depuis plus de

20 ans, auteure auto-publiée, je vous propose des articles qui vont vous permettre de mettre en page votre propre ouvrage dans le domaine de l’auto-édition pour qu’ensemble, pas à pas, nous progressions jusqu’à faire connaître nos écrits au grand public.

 

MISE EN PAGE

LIEN UTILES

(Ces titres sont donnés à titre indicatif pour leur sérieux, je n'ai de partenariat avec aucun)

MES DERNIERS OUVRAGES CORRIGÉS